jeudi 30 janvier 2014

Engagement officiel des 2 Etats pour notre ligne : Déclaration conjointe du XXXIème sommet FRANCO-ITALIEN le 20/11/2013

14- Politique en matière de transports
et ligne Lyon-Turin

Les deux Gouvernements considèrent la nouvelle ligne Lyon-Turin comme un chantier dont ils soulignent le caractère prioritaire de la mise en œuvre.
Les deux Gouvernements se réjouissent de la confirmation, réitérée le 17 octobre dernier par la Commission européenne, d’allouer des contributions financières prévues par l’Union européenne (à hauteur de 50% pour les études, les enquêtes géognostiques et les travaux préparatoires et à hauteur de 40% pour les travaux définitifs) dès lors que les deux Pays auront indiqué officiellement le montant budgétaire prévu et destiné au niveau national à la réalisation de l’ouvrage. Les deux Pays rappellent que ce soutien financier est indispensable à la réalisation de l’ouvrage.
Les deux Gouvernements soulignent l’importance des objectifs atteints par les deux pays, notamment la ratification de l’accord de Rome du 30 janvier 2012, pour lequel l’autorisation d’approbation a été adoptée par le Parlement français et est en cours au Parlement italien ; l’accord obtenu sur la gouvernance et les statuts du futur promoteur public ; le lancement du percement de la galerie de reconnaissance de La Maddalena.
Les deux Gouvernements s’engagent à prendre dès à présent toutes les mesures nécessaires en vue d’obtenir le cofinancement communautaire, et notamment à présenter en 2014 une demande conjointe à la Commission pour obtenir un soutien européen au taux maximum sur la période 2014-2020.
Ils chargent la CIG de poursuivre et d’intensifier ses efforts pour optimiser le montage économique et financier, y compris des mesures favorisant le report modal.
Enfin, les deux pays confirment l’engagement par LTF des procédures pour le lancement du marché des travaux de creusement de la galerie de reconnaissance de Saint-Martin La Porte, dont l’appel d’offres devrait être attribué en 2014. Il s’agit de préparer dès maintenant l’engagement de ces travaux, qui pourra intervenir dès 2015.
Les deux Gouvernements confirment la nécessité de poursuivre l’exploitation de l’autoroute ferroviaire alpine actuelle et s’engagent à mettre en place les procédures propres à garantir le passage, au plus tard en 2015, de la phase expérimentale à la phase définitive du service, avec un objectif de continuité du report modal transalpin. Pour cela, ils s’engagent à finaliser dans les plus brefs délais l’appel d’offres pour l’adjudication du service définitif, ainsi que les procédures en vue de l’approbation de l’accord international du 9 octobre 2009. Ils garantissent, à cette fin, les financements nationaux respectifs des services transitoire et futur.
Les deux Gouvernements s’engagent à poursuivre les négociations sur l’actualisation de la convention franco-italienne de 1970 relative à la ligne ferroviaire Turin-Cuneo-Breil-Vintimille-Nice et à établir un dispositif institutionnel de partage des responsabilités bien équilibré concernant le devenir de la ligne, tant d’un point de vue opérationnel que de celui du financement.
Dans le même esprit, les deux Gouvernements réaffirment leur volonté d’actualiser la convention de 1951 relative notamment à la ligne ferroviaire du Mont-Cenis, afin de mettre celle-ci en cohérence avec les évolutions institutionnelles et de clarifier les responsabilités de chacun.
En outre, la France et l’Italie confirment l’importance du projet d’aménagement du nouveau tunnel routier du col de Tende et expriment leur souhait qu’il soit rapidement mis en service afin que les travaux soient réalisés conformément au calendrier prévu.
Enfin, les deux Gouvernements ont échangé sur leurs positions respectives concernant le projet de quatrième paquet ferroviaire, en cours de négociation, qui prévoit de nouvelles normes de gouvernance, de sécurité et d’ouverture du marché. À cet égard, la France et l’Italie s’engagent à œuvrer de concert à l’application de l’accord sur la reconnaissance mutuelle de l’autorisation de mise en service du matériel roulant signé en février 2012.
La France et l’Italie réaffirment l’importance de leur coopération dans le secteur des transports et des infrastructures. En vue de la Présidence italienne de l’Union européenne, elles souhaitent des avancées significatives concernant les négociations du IVème Paquet ferroviaire.  
Les deux Pays souhaitent promouvoir soit dans leurs relations bilatérales et au niveau européen un système de transport sûr et efficace, de façon à contribuer au développement durable de l’économie et à la cohésion sociale et territoriale.
Elles souhaitent renforcer leurs coopérations dans le domaine institutionnel et industriel au profit de la croissance et du bien-être dans nos deux pays.

samedi 25 janvier 2014

Cuneo-Nizza: un'alternativa per il ponente ligure!

Alcuni giorni fa una frana ha investito un treno nei pressi di Andora sulla ferrovia verso Ventimiglia.
Per fortuna non ci sono state vittime, ma la linea Savona-Ventimiglia risulta tagliata in due e per il ripristino della circolazione si parla di molte settimane.
Ci auguriamo che il ripristino avvenga rapidamente, ma intanto  le comunicazioni per Ventimiglia e la Francia sono bloccate.
Trenitalia ed RFI sanno benissimo che la Cuneo-Ventimiglia è operativa e sarebbe possibile dirottare almeno una parte del traffico che attualmente non può passare dalla linea litoranea.
Perchè non lo fanno?
 
Comitato difesa ferrovie Cuneo
 
 

mercredi 22 janvier 2014

Le texte de la convention de 1970 : pour comprendre les enjeux.

Décret n°74-298 du 8 avril 1974 PORTANT PUBLICATION DE LA CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE CONCERNANT LA SECTION SITUEE EN TERRITOIRE FRANCAIS DE LA LIGNE FERROVIAIRE CONI-BREIL-VINTIMILLE (AVEC DEUX ANNEXES) SIGNES A ROME LE 24 JUIN 1970
Publié au  journal officiel du 14 avril 1974 : http://www.legifrance.gouv.fr


mardi 21 janvier 2014

IL COMITATO AD AMBIENTE ITALIA-RAI3

Eccoci qua “i magnifici”  (o quasi) dieci. Ma ancor più magnifici sono quelli che da mesi stanno lavorando assiduamente e che oggi abbiamo rappresentato (sopportando pazientemente anche Esposito).
Sulle rassicurazioni del Sottosegretario alle Infrastrutture e Trasporti D’Angelis circa il finanziamento dei lavori di manutenzione della Cuneo-Nizza condivido i dubbi espressi da Oreste Delfino, anche perchè avrete notato un “probabilmente” di troppo, subito ripreso da Alberto, e un legame troppo stretto del finanziamento con la revisione del trattato.
Comunque un risultato molto positivo, almeno a livello di comunicazione in ambito nazionale.
Ugo

PS. Prossimo appuntamento a Nizza per il Carnevale Domenica 23 Febbraio
Provvederemo a contattare il Sindaco di Cuneo, perchè organizzi con il Sindaco di Nizza Estrosi, una presenza ufficiale con tutti i Comuni interessati dalla Linea.

dimanche 19 janvier 2014

Sur RAI 3 le samedi 18 janvier 2014

Ambiente Oggi


Une émission sur les transports ferroviaires en Italie avec la participation du comité pour la défense de la ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia

La DTA des Alpes-Maritimes, toujours valable, et les engagements pris en... 2003

DTA des Alpes Maritimes – II Objectifs généraux –décembre 2003

A quoi sert la DTA ?
Par cet acte fondateur, l’État précise ses orientations fondamentales en matière d’aménagement et d’équilibre entre les perspectives de développement, de protection et de mise en valeur des territoires.
L’État fixe ses principaux objectifs en matière de localisation des infrastructures structurantes de transport et des grands équipements, ainsi que de préservation des espaces naturels, des sites et des paysages.
La DTA précise également les modalités d’application des lois littoral et montagne adaptées aux particularités géographiques locales.

Les effets de la DTA
Les principaux documents d’urbanisme et de planification, tels que les schémas de cohérence territoriale (SCOT), Plans de déplacements urbains (PDU), Plans locaux d’urbanisme (PLU) et cartes communales doivent être compatibles avec la DTA.
Les modalités d’application des lois littoral et montagne sont directement opposables aux autorisations d’occuper ou d’utiliser le sol.
La DTA constituera ainsi un cadre utile, dans la perspective d’un développement durable des Alpes-Maritimes, pour faciliter la cohérence de tous les documents de planification et d’urbanisme.
____________________________________________________________

Page 41 : II-113 - Renforcerle rôle des voies ferrées

La voie ferrée littorale assure aujourd’hui un trafic important de longue distance avec environ 3 millions de voyageurs en 1998, le trafic fret connaissant quant à lui une certaine stabilité, la fonction des deux principales gares de marchandises de Nice-Saint-Roch et Cannes-La Bocca devant être maintenue.
Trois facteurs contribueront à améliorer l'accessibilité des Alpes-Maritimes et à renforcer les relations “ intercités ” sur l’arc méditerranéen :
à l’Ouest, le développement d'un service à grande vitesse vers la Côte d'Azur, dans le  prolongement de la ligne TGV méditerranée, en aménageant les infrastructures existantes  et en préservant la possibilité de réalisation d'une ligne nouvelle ou de sections de lignes  nouvelles. La performance globale du système de transport contribuera à assurer une  desserte compétitive entre Marseille, Toulon et Nice ;
à l’Est, le doublement du tronçon de voie italienne, prévu vers 2005 ;
dans les Alpes-Maritimes, le renforcement de la capacité de la voie ferrée littorale, notamment par la création d’une voie supplémentaire à l’ouest de Nice.


Les perspectives de développement des capacités de la ligne ferroviaire Nice-Vintimille-Cunéo doivent être approfondies. L’attrait touristique exercé par le littoral vis-à-vis des régions du Piémont et de la Lombardie devra se confirmer par la création de services express entre Turin et la Côte d’Azur. Cela nécessitera, d’une part, l’électrification de la ligne et, d’autre part, la mise en service, par la SNCF et la FS (Ferrovia Statale), de matériels performants capables de franchir aisément les pentes de la ligne (2,5 %).

LIAISON NORD-SUD :
...
Le confortement des liaisons avec le Piémont (Turin) et la Lombardie (Milan) est aussi un enjeu prioritaire, à l’horizon de la DTA qui implique l’amélioration qualitative de la RN 204  tant en matière de confort que de sécurité. A cet effet, et au-delà des travaux urgents de mise en sécurité du tunnel de Tende actuel, il apparaît indispensable de réaliser un nouvel ouvrage de franchissement et de poursuivre les aménagements de l’itinéraire.
Toutes les dispositions seront prises pour éviter qu’un trafic de poids lourds international ne s’implante dans la vallée de la Roya : d’autres itinéraires pour le transit longue distance sont préférables, notamment par des autoroutes italiennes dont le bouclage reste à assurer, par les percées alpines du nord et par les lignes ferroviaires.
Par ailleurs, afin de favoriser les échanges entre l'Italie et la région PACA, les réflexions se poursuivront en particulier sur le développement ferroviaire, le cabotage maritime et sur les déplacements des véhicules légers, dans le respect, notamment, de la convention alpine.

vendredi 17 janvier 2014

CANDIDATURA A PATRIMONIO UNESCO delle ALPI DEL MARE, la CUNEO-NIZZA VALORE AGGIUNTO

Candidatura a Patrimonio Unesco
delle Alpi del Mare,
la Cuneo-Nizza è valore aggiunto




L'amministrazione comunale di Valdieri :
"La linea ha tutte la carte in regola per poter essere valorizzata al fine di contribuire allo sviluppo del turismo locale a livello ambientale, naturalistico e gastronomico"


L’Amministrazione comunale ha appreso con soddisfazione che inizia il percorso per la candidatura a Patrimonio dell’Unesco, dello “Spazio Transfrontaliero Marittime/Mercantour – Le Alpi del Mare”, in riferimento al quale comunichiamo la nostra disponibilità a collaborare attivamente, viste le opportunità attuabili per la montagna e per tutto il territorio . 
Pur comprendendo la complessità della procedura da attivare e la specifica tematica della candidatura, mi permetto di richiedere l’inserimento nel dossier, tra i punti di forza a sostegno della candidatura stessa, la linea ferroviaria Torino – Cuneo – Ventimiglia – Nizza, che purtroppo a causa di vari fattori subirà il declassamento rischiando la chiusura totale. 
Ricordo che : 
- I lavori per la linea ferroviaria Cuneo - Ventimiglia si svilupparono tra il 1882 e il 1928, a partire dall’input iniziale dato in prima persona dal Conte di Cavour negli anni ‘50 dell’Ottocento.
- Nel 1979 la linea venne rimessa in funzione dopo lunghi lavori di ripristino dai gravi danni inferti dalle truppe naziste tedesche in ritirata.
- La distanza coperta dalla tratta tra Cuneo a Ventimiglia è di 96 km, mentre il profilo altimetrico, che passa dai 550 metri di Cuneo fino a quota 1073 metri della galleria di valico, scende rapidamente fino al mare, conferendo alla linea scorci di rara bellezza nei variegati luoghi attraversati, con panorami mozzafiato e spettacolari opere d'arte dell’ingegneria civile, tra cui il viadotto Scarassoui a monte di Fontan/Saorge, il viadotto Rivoira, tra Vernante e Limone e la grande galleria elicoidale a valle di San Dalmazzo di Tenda.
- A seguito della seduta straordinaria del Consiglio Regionale dedicata alla discussione rispetto alla situazione dei trasporti, la linea più a rischio chiusura a partire dal giugno 2013 pare essere, come da dichiarazione dell’Assessore riportata anche dagli organi di stampa, proprio la storica Cuneo – Ventimiglia -Nizza.
- La tratta ferroviaria Cuneo – Ventimiglia - Nizza rappresenta un patrimonio culturale legato al paesaggio e alla storia locale piemontese, oltre ad essere anche una linea internazionale visto che l’esercizio della linea è regolato da convenzioni tra Francia e Italia.
- Ridurre o eliminare la linea Cuneo - Ventimiglia – Nizza significherebbe cancellare in parte o del tutto sia la possibilità di movimento per chi la usa a livello lavorativo, sia la storia locale e sia l’opportunità di rilancio turistico del territorio.
- Esistono ampie prospettive per valorizzare e potenziare il servizio viaggiatori della linea, tramite elettrificazione, uso di motrici diesel più potenti e l’utilizzo dei treni pendolini, particolarmente efficaci su quel tipo di tracciato.
- La linea ha tutte la carte in regola per poter essere valorizzata al fine di contribuire allo sviluppo del turismo locale a livello ambientale, naturalistico e gastronomico, anche per la conoscenza e la diffusione dei prodotti locali, esattamente come fatto dalla Francia, che “sfrutta” al meglio la linea nella tratta verso Nizza, organizzando treni turistici da Nizza a Tenda, abbinandoli alle bellezze della valle Roya (Train des Merveilles, ovvero Treno delle Meraviglie).
- Con la chiusura o il ridimensionamento della linea si andrebbe ad incidere in modo molto pesante sull’aumento del traffico su gomma sulla Statale 20, la D6204 e la Regionale ligure 20, già molto congestionate e soggette a smottamenti. 
Sono certo che la valorizzazione di questa importante infrastruttura consentirebbe di salvaguardare un’opera che  potrebbe da sola essere oggetto della candidatura al patrimonio mondiale. 
Concludendo, nel ribadire la disponibilità di collaborazione, auspichiamo che siano intraprese tutte le iniziative necessarie, atte a coinvolgere tutti gli enti territoriali interessati, per la necessaria condivisione di obiettivi e modalità attuative.

Il sindaco, Emanuel Parracone


http://www.targatocn.it/2013/12/09/leggi-notizia/argomenti/attualita/articolo/candidatura-a-patrimonio-unesco-delle-alpi-del-mare-la-cuneo-nizza-e-valore-aggiunto.html

Traduction de Lucia, aidée de Michèle et Suzel

CANDIDATURE AU PATRIMOINE DE L'UNESCO
des "Alpes de la Mer" :
La ligne Cuneo-Nice est une valeur ajoutée

L'administration de la commune de Valdieri :
"La ligne a toutes les cartes en main pour être valorisée et contribuer au développement du tourisme local au niveau écologique, environnemental, et gastronomique".

L'administration municipale a appris avec satisfaction que le parcours pour la candidature au Patrimoine de l'Unesco de "l'espace tranfrontalier Alpi Marittime/Mercantour - les Alpes de la Mer" a commencé. Aussi, se rend-elle disponible pour collaborer activement, étant donné les opportunités pour nos montagnes et pour tout le territoire.

Même si je comprends la complexité de la procédure qui doit être mise en place, ainsi que le thème spécifique de la candidature, je demande l'insertion dans ce dossier, parmi les points forts qui soutiennent cette candidature, de la ligne ferroviaire Turin-Cuneo-Vintimille-Nice. Celle-ci vient malheureusement de subir un déclassement et risque la fermeture totale.

Je rappelle que :
- Les travaux pour la ligne Cuneo-Vintimille ont été entrepris entre 1882 et 1928, sur l'initiative du comte de Cavour en personne dans les années 1850.
- En 1979, la ligne fut remise en fonction après de longs travaux de réfection, dûs aux graves dommages causés par l'armée nazie en retraite.
- Le trajet entre Cuneo et Vintimille est de 96 km, son profil altimétrique passe de 550 m de Cuneo à l'altitude de 1073 m au tunnel du col de Tende, et descend rapidement jusqu'à la mer, conférant au parcours de magnifiques échappées sur les différents lieux traversés ; en outre, s'échelonnent de spectaculaires ouvrages d'art de l'ingéniérie civile, parmi lesquels le viaduc de Scarassoui au-dessus de Fontan-Saorge, le viaduc Rivoira entre Vernante et Limone, et la grand tunnel hélicoïdal en contrebas de Saint-Dalmas-deTende.
- Suite à la session extraordinaire du Conseil régional du Piémont sur le thème de la situation des transports, il apparaît que la ligne risquant le plus la fermeture à partir de juin 2013 est précisément la ligne historique Cuneo-Vintimille-Nice.
- Cette ligne représente un patrimoine culturel lié aux paysages et à l'histoire locale piémontaise ; de plus, il s'agit d'une ligne internationale, étant donné que sa gestion est régie par des conventions entre la France et l'Italie.
- Réduire ou éliminer la ligne signifierait supprimer en partie ou en totalité la possibilité de déplacement pour les travailleurs, l'histoire locale, et enfin l'opportunité de relancer le tourisme.
- Il existe de grandes possibilités pour valoriser le service voyageurs de la ligne, grâce à l'électrification, l'utilisation de locomotives diesel plus puissantes, et des trains pendulaires particulièrement efficaces sur ce type de trajet.
- La ligne a toutes les cartes en main pour être valorisée et contribuer au développement du tourisme local au niveau écologique, environnemental, et gastronomique, ainsi que pour la découverte et la diffusion des produits du terroir. C'est ce que la France a fait, avec le train touristique "des Merveilles", entre Nice et Tende.
- La fermeture ou la réduction de la ligne aurait des incidences très lourdes sur l'augmentation du traffic des poids lourds sur la Nationale 20, la D6204, la Régionale ligure 20, déjà très congestionnées et sujettes à des éboulements.

Je suis certain que la valorisation de cette importante infrastructure permettrait de sauvegarder un ouvrage qui, en lui-même, pourrait être l'objet d'une candidature au patrimoine mondial.

Pour conclure, je renouvelle notre disponibilité à collaborer, et je souhaite que toutes les initiatives soient réunies afin d'impliquer toutes les instances territoriales concernées, et de partager let réaliser les objectifs communs.
 
 
Le maire de Valdieri, Emanuel Parracone

mercredi 15 janvier 2014


Réunion du "Tavolo Tecnico" pour la défense de la Ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia
Samedi 11 janvier à 11h30 a eu lieu la réunion du Comité technique, mis sur pied par la province de Cuneo et ayant pour but la défense de la liaison ferriviare Cuneo-Nice. Etaient présent à cette réunion: le Responsable du Comité M. Piermario Giordano ainsi que  l'expert Andrea Levico, de même que de nombreux représentants du Comité des Chemins de fer locaux, la Député Fabiana Dadone (du Movimento 5 Stelle), le porte-parole du Sénateur Monchiero et du Député Rabino (du parti "Scelta Civica"), les Conseillers régionaux du Piémont Negro (du Parti "UDC") et Biolé (du parti "Progetto Partecipato"), le Conseiller régional de Ligurie Sergio Scibilia (du "Partito Democratico"), un Assesseur de la Province d'Imperia, le Conseiller de la Province Cravero (du "Partito della Libertà"), Catherine Rainaudo représentante des Comités de la vallée de la Roya, l'Assesseur du Conseil Municipal de la ville de Cuneo Davide Dalmasso, la Maire de Roccavione Germana Avena, Lubatti de l'ATL, Claudio Dutto ex-Directeur du Musée de Savigliano, Emanuele Nadile appartenant à ce même Musée, Claudio Bongiovanni du Forum "Mobilità".


En préalable le Comité a pris connaissance d'un document des Maires de Limone et de Tende (respectivement MM. Franco Revelli et Vassallo) ainsi que du document ci-joint approuvé la veille par la Commission compétente de la Municipalité de Cuneo, qui avait recueilli l'approbation de cinq parlementaires ( MM. Manassero, Gribaudo, Olivero, Taricco, M.Campo en lieu et place de M.Dadone, de M. le Maire de Cuneo et des Conseillers présents, parmi lesquels les signataires MM. Garelli, Fierro et Isoardo, ainsi du Comité des Chemins de fer locaux.

Ce document fait partie intégrante de la délibération adoptée par le Comité (cf. document ci-joint), lequel reprend et approfondit les problèmes considérés comme les plus urgents (financement par le Gouvernement des travaux de manutention, mise à jour du Traité international Italie-France, transfert de certains trains "Intercity" de la liaison Turin-Gênes à la liaison Cuneo-Ventimille, saisine des institutions européennes, installation d'une Commission de travail bien structurée et organisée dans le but d'assurer le suivi complexe de l'opération, accès des trains français à la gare de Limone


Le Comité a approuvé la décision de solliciter une entrevue urgente avec le Ministre des Infrastructures et des transports Lupi, puis avec la Ministre des Affaires Etrangères Bonino, afin que soit enfin apportée une réponse positive aux requêtes parfaitement jusitifiées des communautés concernées, tant piémontaises, ligures que françaises qui s'accordent sur l'importance stratégique de la liaison Cuneo-Nice pour leurs économies respectives ainsi que pour leur histoire propre, comme cela a déjà été affirmé par les gouvernements français et italien lors du sommet de Rome.
 
Le Comité des chemins de fer locaux de la province de Cuneo

lundi 13 janvier 2014

Tavolo tecnico per la difesa della Cuneo-Nizza

Sabato 11 Gennaio alle ore 11,30 si è riunito il Tavolo tecnico, istituito dalla Provincia, per la difesa della Ferrovia Cuneo-Nizza. Erano presenti il Responsabile del Tavolo Piermario Giordano con il consulente Andrea Levico, numerosi esponenti del Comitato Ferrovie Locali, la Parlamentare Fabiana Dadone (M5S), il portavoce del Senatore Monchiero e del Deputato Rabino (Scelta Civica), i Consiglieri regionali piemontesi Negro (UDC ) e Biolè (Progetto
Partecipato), il Consigliere ligure Scibilia (PD), un Assessore della Provincia di Imperia, il Consigliere Provinciale Cravero (PDL), Catherine Rainaudo per i Comitati Valle Roya, l'Assessore Davide Dalmasso del Comune di Cuneo, il Sindaco di Roccavione Germana Avena, Lubatti di ATL, Dutto Claudio già Direttore del Museo di Savigliano, Nadile Emanuele dello stesso Museo, Claudio Bongiovanni del Forum Mobilità.

Preliminarmente il Tavolo ha acquisito un documento dei Sindaci di Limone Franco Revelli e del Sindaco di Tenda Vassallo ed il documento (in Allegato)approvato la sera prima dall'apposita Commissione del Comune di Cuneo, che aveva ottenuto l'approvazione di cinque parlamentari (Manassero, Gribaudo, Olivero, Taricco, Campo per conto di Dadone), del Sindaco di Cuneo e dei Consiglieri presenti, fra i quali i proponenti Garelli, Fierro e Isoardi, e del Comitato Ferrovie Locali. Tale documento fa parte integrante del deliberato del Tavolo (Allegato), che ha ripreso ed approfondito le tematiche ritenute più urgenti (finanziamento delle opere di manutenzione da parte del Governo, aggiornamento del Trattato internazionale Italia-Francia, spostamento di treni Intercity dalla Torino-Genova alla Cuneo-Ventimiglia, coinvolgimento delle istituzioni europee, istituzione di una Commissione di lavoro strutturata e attrezzata per seguire il complesso percorso della vicenda, accesso dei treni francesi alla Stazione di Limone.

Il Tavolo ha approvato la decisione di chiedere un incontro urgente prima con il Ministro delle Infrastrutture e trasporti Lupi e poi con il Ministro degli Esteri Bonino, affinchè sia finalmente data una risposta positiva alle giustificate richieste delle comunità interessate, piemontesi, liguri, francesi, che ritengono la linea Cuneo-Nizza strategica per le loro economie e per la loro storia, come già affermato dagli stessi governi francese ed italiano nel vertice di Roma.

Il Comitato ferrovie  locali Cuneo

jeudi 9 janvier 2014

Presidio a Genova

Una delegazione del Comitato ferrovie locali di Cuneo si è recata ieri giovedì 8 gennaio a Genova ed ha organizzato, con l'aiuto degli amici di Sel della città, un presidio sotto la sede della Regione Liguria dove si stava svolgendo il vertice sui trasporti tra i governatori del Piemonte e della Liguria accompagnati da numeroso assessori. Il risultato del vertice è stato interlocutorio, tuttavia sembra emergere un certo consenso sulla proposta della Regione Piemonte di spostare alcune corse di carattere nazionale (Intercity) dalla Torino-Genova alla Cuneo-Ventimiglia, sostituendole con treni regionali. Ora occorre il consenso non facile del Ministero, al quale le Regioni hanno chiesto un incontro urgente. Restiamo in vigile e dubbiosa attesa dello sviluppo di questa ipotesi: per ora si è perso solo tempo. E intanto, dal 15 dicembre, i torinesi non prendono più questa linea perché non ci sono le coincidenze, i liguri e i francesi non possono ritornare in giornata a casa perché il secondo treno che parte da Cuneo è in orario alle 14,13 e i cuneesi non sanno che farsene di un treno che parte alla mattina presto e di un altro disponibile dopo pranzo. Eppure, prima di questi vergognosi orari, stabiliti della Regione, mediamente 900 persone al giorno utilizzavano questa linea.

Il Comitato è comunque deciso a continuare la mobilitazione a partire dalla presenza attiva alle riunioni di Venerdì (ore 18) in Comune e di Sabato (ore 11,30) in Provincia.

Successivamente alla riunione, grande Pizza comunitaria del Comitato franco-italiano.

Il Comitato Ferrovie Locali Cuneo



mercredi 8 janvier 2014

RINVIO A SABATO 11 GENNAIO Tavolo di Lavoro Linea Ferroviaria Torino-Cuneo-Ventimiglia-Nizza


Con la presente si comunica che, a seguito di richieste pervenute per le vie brevi e allo scopo di consentire la partecipazione dei parlamentari, il tavolo di lavoro per il rilancio della linea ferroviaria internazionale Torino-Cuneo-Ventimiglia-Nizza, inizialmente convocato per venerdì 10 gennaio 2014, è rinviato a sabato 11 gennaio, sempre alle ore 11.30 presso la Provincia (Sala Giolitti, corso Nizza, 21 - Cuneo) .
L'occasione è gradita per porgere distinti saluti.

GIANNA GANCIA

lundi 6 janvier 2014

Incontro a Limone del Comitato franco-italiano con le istituzioni locali.

Subito dopo l’inizio del Presidio, che si è tenuto nella Piazza di Limone a partire dalle 15,30 di sabato 4 ed ha avuto grande visibilità grazie alla presenza di numerosi manifestanti francesi ed italiani, riuniti sotto gli striscioni dei Comitati (uno dei quali appeso al balcone del Comune), si è tenuto un incontro di alcuni rappresentanti del movimento con il Sindaco di Limone F. Revelli , il Sindaco di Tenda M. Vassallo, la consigliera comunale di Saorge Lydie Staub.
Il Sindaco di Limone ha compiuto una lunga e approfondita disamina delle vicende che hanno portato all’attuale situazione critica della Linea Ferroviaria Cuneo-Nizza, evidenziando le note questioni dell’incompatibilità dei sistemi di sicurezza, l’interruzione della continuità della Torino-Nizza (conseguenza anche degli orari cadenzati adottati da Trenitalia, la confusione nell’utilizzo dei finanziamenti pagati dall’Italia a seguito del trattato del 1970, l’ostilità latente fra Trenitalia e SNCF (Societè national chemin de fer), l’inconcludenza degli incontri della Commissione intergovernativa franco-italiana per l’applicazione del trattato., riunitasi parecchie volte senza alcun risultato.
Il sindaco Revelli ritiene che da parte italiana la Legge di Stabilita’, che, secondo lo stesso Ministro alle infrastrutture Lupi, doveva servire a finanziare i famosi 29 milioni necessari per la manutenzione della Linea in territorio francese, non fosse lo strumento più adatto per raggiungere questo obbiettivo, trattandosi di provvedimento che poteva prevedere solo opere di continuità o di innovazione. Abbiamo obiettato che allora il Ministro LUPI e i nostri Parlamentari, che hanno presentato Interpellanze per ottenere il finanziamento, non avevano interpretato bene il loro ruolo in questa contingenza. In più la risposta del Ministero all’interpellanza dell’On. Dadone non è stata solo di impossibilità tecnica di accoglimento, ma anche di rifiuto nel merito, “poichè il Ministero preferiva dare priorità alle Tratte più affollate, riproponendo così la nota teoria dell’AD Trenitalia Moretti del “ramo secco”.
In ogni caso , poiché i due governi nel vertice di Roma avevano definito strategica la Cuneo-Nizza, parlando di osmosi fra le popolazioni dei due Paesi, i Sindaci di Limone e di Tenda, presenteranno un documento, da far sottoscrivere a tutti i Sindaci interessati, ai Presidenti delle tre Regioni interessate e dai Parlamentari delle stesse, affinché le decisioni solenni assunte nel vertice di Roma si possano tradurre in un decreto specifico attuativo di quegli accordi, che preveda un concreto finanziamento della Linea (ricavandoli da un monte già definito di 900 milioni  destinato alla manutenzione delle Linee ferroviarie)  ed in una rapida revisione della Convenzione del 1970. Tali decisioni dovranno essere precedute da un chiaro esame della destinazione dei fondi fin qui erogati dall’Italia nel decennio precedente e da una loro regolarizzazione.
In ultimo rimane aperto il Canale Europeo che potrebbe essere attivato (vedi anche le iniziative della Comunità Montana Alpi del mare e dell’analoga francese) per un corretto inserimento della Cuneo-Nizza nella pianificazione dei trasporti internazionali fra l’Italia e la Francia e per una compartecipazione dell’Europa alle spese di funzionamento.
Una buona occasione per discutere questi temi, ,presentare un documento forte e protestare contro le lentezze dei due governi, che rischiano di far morire la Linea, è costituita dalla riunione del Tavolo Tecnico della Provincia Venerdì 10 alle 11,30 presso il Palazzo della Provincia di Cuneo e che vedrà un secondo tempo preso il Comune di Cuneo nella stessa giornata alle ore 18 in Sala Vinaj, davanti alla Prefettura. Ad entrambe le riunioni sono stati invitati i Parlamentari Italiani e le autorità e i Comitati francesi.
Il Mercoledì 8 precedente a Genova riunione delle tre (?) Regioni interessate indicativamente alle 16,30 in luogo che comunicheremo assieme alla conferma dell’orario.
Attendiamo conferma (Collidà) anche per la trasmissione di RAI TRE di Sabato 11, alla quale gli amici francesi parteciperanno, da quel che ho capito, in misura ridotta e leggendo un Comunicato concordato..
Insomma continuiamo la nostra battaglia con vigore: non possiamo deludere gli oltre 20000 cittadini che hanno sottoscritto l’appello, gli ultimi trecento a Limone ancora Sabato scorso, e soprattutto non possiamo far mancare un servizio fondamentale per la vita delle nostre Comunità.
Ugo Sturlese 
Comitato franco-italiano per la difesa della Cuneo-Nizza


TRADUCTION du texte d'Ugo, par Valérie :

Rencontre du samedi 4 janvier à Limone du comité franco-italien et des instances locales :
Dès le début du rassemblement qui a été remarqué grâce à la présence de nombreux manifestants français et italiens réunis sous les banderoles des différents comités (l’une d’elles accrochée au balcon de la mairie), s’est tenue une rencontre de quelques représentants du mouvement avec le maire de Limone F. Revelli, le maire de Tende, . Vassallo, et la conseillère municipale de Saorge, Lydie Staub.
Le maire de Limone a fait un long et approfondi historique des faits ayant abouti à la situation actuelle de la Cuneo-Nice.
Il a mis en évidence les incompatibilités des systèmes de sécurité,

l’interruption de la continuité Turin-Nice (conséquence due aussi aux horaires adoptés par Trenitalia), la confusion sur l’utilisation des financements payés par l’Italie suite au traité de 1970, l’hostilité latente entre Trenitalia et la SNCF, le non-aboutissement des rencontres des commissions intergouvernementales franco-italienne pour l’application du traité qui se sont réunies à plusieurs reprises sans résultat.
Le maire Revelli  pense que la loi de stabilité qui, d’après le ministre aux infrastructures Lupi, devait financer les fameux 29 Millions d'euros nécessaires à l’entretien de la ligne en territoire français, n’était pas la meilleure solution.
De plus, il n’y avait pas de réelle volonté de faire avancer ce dossier, le ministre préférant donner la priorité aux tronçons les plus fréquentés, et reprendre la théorie de Moretti de « la branche sèche ».
Lors de la rencontre à Rome les deux gouvernements avait considéré la ligne Cuneo-Nice comme stratégique, parlant d’osmose entre les deux populations.

De ce fait, les deux maires de Limone et Tende ont décidé d’adresser un document à tous les maires concernés, aux présidents des 3 régions, et aux parlementaires de ces mêmes régions, pour qu’un décret spécifique aux décisions solennelles prises à Rome soit adopté.
A savoir :
-          Qu’il prévoie un financement concret de la ligne en les prenant sur les 900 millions d'euros déjà inscrits pour l’entretien des lignes ferroviaires
-          A une rapide révision de la convention de 1970
-          A l’Intégration de la ligne dans les transports internationaux, et obtenir ainsi des fonds européens pour son fonctionnement.

La réunion du 10 janvier à 11h30 à Cuneo au palais de la province de Cuneo où autorités, parlementaires de la région de Cuneo, ainsi que les différentes associations franco-italiennes sont invités, sera l’occasion de discuter de ces thèmes, de présenter un document fort, et de protester contre les lenteurs des deux gouvernements qui risquent de faire mourir la ligne.
Le même jour à 18h salle Vinaj devant la préfecture rencontre avec les parlementaires italiens de la région, les autorités locales et le comité français.
Autres rendez-vous : le mercredi 8 à Gênes réunions des 3 régions intéressées. L’heure et le lieu ne sont pas connus à ce jour.
Nous avons reçu la confirmation d’une émission sur Rai 3 pour le samedi 18 janvier, "Ambiante Italia", à laquelle nos amis du comité français sont invités pour lire un communiqué.
Pour finir, continuons notre bataille énergiquement, nous ne pouvons pas décevoir les 20 000 personnes qui ont signé la pétition, 300 signatures encore samedi à Limone et surtout nous ne pouvons pas laisser partir un service fondamental pour la vie de nos vallées.

dimanche 5 janvier 2014

RASSEMBLEMENT DU SAMEDI 4 JANVIER 2014 à LIMONE

Les images et vidéo du rassemblement du 4 janvier à Limone

Des courageuses et courageux ont bravé la tempête, une douzaine de Français représentant le Comité pour la sauvegarde et le développement de la ligne Nice-Tende-Cuneo ont franchi le col de Tende pour retrouver une cinquantaine d'Italiens qui continuent d'enregistrer des signatures pour la pétition lancée par le Comitato ferrovie locali di Cuneo. Près de 20000 signatures ! Malgré le mauvais temps, une file de personnes aussi bien jeunes qu'âgées affluent régulièrement et ont fait la queue de 15 h à 18h30, pièces d'identité à la main, exigées pour authentifier les signatures de cette pétition. La manifestation a été rejointe par le maire de Limone, M. Revelli, le maire de Tende M. Vassallo avec la première adjointe Mme Forestier, ainsi que les conseillers municipaux Mme et M. Tomasini, et la conseillère municipale de Saorge Lydie Staub.



video